NUMÉRO Dossier | 2018

Notre espèce est devenue mortelle à échéance pensable à partir du jour où a été construite l’arme nucléaire. Il nous faut donc apprendre à penser, en des termes neufs, non seulement notre appartenance à la nature, mais encore les rapports sociaux injustes et les régulations politiques archaïques qui pèsent sur les humains. Pour cela, il importe de reconsidérer les fondements de l’écologie politique. L’écologie politique est d’abord la pensée critique du culte de la productivité, mantra des temps modernes. Cette dernière, longtemps promesse d’abondance, s’est inversée en machine d’exclusion des humains et se trouve à la source de ravages mortifères de la nature. La critique écologique ne saurait par ailleurs se cantonner aux frontières nationales et la politique écologique sera transnationale ou ne sera pas. Enfin, l’universalisation de la marchandise ne peut être que celle de la crise sociale, écologique et morale dont souffre l’humanité. Aussi s’agit-il ici de revenir sur les fondements de cette liaison tumultueuse entre écologie et politique en donnant à lire quelques textes incontournables dans des domaines aussi différents que ceux de l’histoire, du droit, de la philosophie ou encore de l’anthropologie.


Coordination : Jean-Paul Deléage

p. 19

par

Jean-Paul

Deléage

p. 35

p. 47

par

Bruno

Latour

p. 65

par

François

Ost

p. 83

par

Richard

Grove

p. 103

par

Jean

Chesneaux

p. 119

par

Fabrice

Flipo

p. 133

par

Geneviève

Azam
logo
Bâtiment C - 69, avenue Danielle Casanova - 94200 Ivry-sur-Seine - France - redaction[at]ecologie-et-politique.info